L’assiette chinoise en théorie c’est très simple.

On aligne son avant-bras et la baguette.

On commence par faire le radar.

Puis on accélère en dessinant des petits ronds avec sa baguette.

Quand l’assiette tourne vite sur elle même, on bloque tout.

Et ça marche, l’assiette tourne sur la pointe de la baguette.

C’est la théorie.

Dans la pratique, c’est vite agaçant.

 

 

Les balles se lancent, se coincent, se posent, se tapent, roulent,  et enfin se rattrapent… ou pas.

Elles sont de toutes les couleurs, de toutes les tailles, de toutes les textures.

Très grandes, ce sont finalement des ballons.

Très petites, ce sont des billes.

Et chaque forme permet de faire des figures.

Certaines rebondissent aussi.

 

On aime bien les anneaux chez TEJ.

On en a beaucoup.

C’est un peu dangereux les anneaux.

Ça casse les ongles, ça fait mal aux mains et ça peut faire mal à la tête.

Alors on fait attention.

On les fait tourner autour des bras, on les manipule, on fait même des pyramides et des structures.

Ça sert aussi à apprendre la roue et faire des marques au sol.

Mais les enfants, ils prennent l’anneau qui sert de marque.

Alors on dit « faut pas prendre l’anneau par terre ».

Mais ils le prennent quand même.

Les massues, non seulement on les achète, mais on les fabrique aussi.

Certaines permettent de rattraper des balles, d’autres ont des trous et peuvent s’emboiter.

Certaines n’ont aucun intérêt mais on les a achetées quand même.

Les massues, ça permet de faire des figures d’équilibre.

Le record du monde, c’est 9 massues.

5 dans une main, 4 dans l’autre.

Et hop.

Mais sinon même à trois ans, on peut faire plein de choses.